Séminaire Pluralisme et diversité d'opinion au sein des radios communautaires

Le rapport annuel 2016 en images

Télécharger le rapport annuel

 

En Belgique francophone, les fréquences dévolues aux radios indépendantes sont réparties selon différents profils, dont un profil de radio communautaire. Ces radios se distinguent des autres en répondant à des critères tels que le public cible qui fait mention d’un trait culturel particulier (origine, langue, religion, …) se raccrochant à une communauté d’individus, un service conçu par et pour la communauté et/ou ses sympathisants et qui agit comme porte-voix de la communauté à destination du grand public notamment parce qu'il est représentatif des différents courants politiques, culturels, cultuels et philosophiques de la communauté. Ces radios fonctionnent souvent avec des moyens d’existence basés sur un marché publicitaire ciblé, le soutien d’institutions pertinentes et/ou l’apport (notamment bénévole) de membres de la communauté.

 

​" Les médias des minorités ethniques, facteur d'intégration ou de communautarisme sur la scène publique ? "

 

Lorsque plusieurs fréquences sont disponibles en zones urbaines pour des radios indépendantes, les radios communautaires bénéficient d’une forme de priorité car un tiers des capacités leur est réservé. Par exemple, Bruxelles en compte cinq qui s’adressent toutes à des communautés différentes.

Si ces radios disposent d’un accès facilité à la bande FM, c’est aussi avec l’idée qu’elles remplissent certaines missions, dont le dialogue interculturel, la contribution au « vivre-ensemble », mais également la diffusion de programmes pluralistes d’informations spécifiques ayant trait à la communauté. Or le CSA s’est aperçu que cette dernière mission n’est, chez certaines radios, pas ou difficilement rencontrée. En effet, certaines radios ne savent comment s’y prendre pour proposer des programmes qui représentent les différents courants politiques, cultuels, culturels et philosophiques de la communauté et qui renoncent dès lors à en proposer. En outre, il est arrivé que le CSA se pose des questions sur l’indépendance de certaines radios par rapport aux pouvoirs politiques, qu’ils soient locaux ou du pays d’origine, notamment par l’entremise de pressions des annonceurs.

 

Séminaire-débat - 16/06/2016

 

L’objectif de notre séminaire-débat qui s’est tenu le 16 juin 2016 était de discuter, sous l’angle d’échanges de bonnes pratiques, de la manière dont les radios communautaires peuvent se faire les porte-voix d’une communauté dans toute sa diversité et son pluralisme, ainsi que sur la manière dont elles peuvent inclure le dialogue interculturel dans leur programmation. La partie séminaire a été animée par trois invités : Ayla Kardas nous a parlé de son mémoire de master intitulé « Les médias des minorités ethniques, facteur d’intégration ou de communautarisme sur la scène publique ? » et de sa perception des médias communautaires en tant qu’enfant issue de la troisième génération de l’immigration turque. Jamil Shalak, président de Radio Orient (France) nous a parlé de son expérience de plus de 20 ans dans sa radio communautaire musulmane. Enfin, Vinciane Colson, coordinatrice des émissions "Libres, ensemble" produites par le Centre d'Action Laïque qui dispose d’un espace concédé en télé et en radio sur les antennes de la RTBF nous a parlé de la place et la fonction des programmes concédés.



Dernière mise à jour le 23 mai 2017