Gestion du CSA

Le rapport annuel 2016 en images

Télécharger le rapport annuel

 

 

STATUT ET FINANCEMENT DU CSA

 

Le financement du CSA est réglé par décret. Une dotation annuelle lui est allouée par la Fédération Wallonie-Bruxelles, en exécution d’un contrat de financement conclu avec le Gouvernement pour 5 ans. Si ce contrat comporte une clause d’indexation, celle-ci n’a pas été respectée du fait de règles d’économies budgétaires appliquées aussi aux OIP.

Vu l’augmentation de ses tâches (plus d’opérateurs à réguler, intensité accrue de la régulation, développements européens), le CSA est confronté à un manque récurrent de moyens. Aussi, le Bureau du CSA a adressé, en octobre 2016, une note au Gouvernement l’invitant à organiser un financement complémentaire à sa dotation. Après une comparaison avec d’autres régulateurs et en accord avec la réglementation européenne, il a proposé de soumettre certains opérateurs à une redevance. Cette redevance serait soit fondée sur des avantages octroyés par la Fédération Wallonie-Bruxelles (fréquences radio, droits d’utilisation), soit sur des prestations propres.

 

 

Le Bureau du CSA est composé d’un président et de trois vice-président-e-s, désignés par le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Leur mandat est d’une durée de cinq ans, renouvelable. La composition du Bureau garantit la représentation des différentes tendances idéologiques et philosophiques. Le Bureau est chargé des décisions opérationnelles. Ses membres sont également membres du CAC et du Collège d’avis.

 

En 2016, la composition du Bureau est restée stable par rapport à 2015. Il se compose de Dominique Vosters (président), Pierre Houtmans (1er vice-président), Bernadette Wynants (2ème vice-présidente) et François-Xavier Blanpain (3e vice-président).

csa.be/organes/bureau

 

LE COLLÈGE D’AUTORISATION ET DE CONTRÔLE

 

Le CAC est composé des quatre membres du Bureau précités, ainsi que de six autres membres, dont trois sont désignés par le Parlement et trois par le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour un mandat de quatre ans, renouvelable. Tout comme le Bureau, le CAC doit refléter les différentes tendances idéologiques et philosophiques représentées au Parlement.

 

En 2016, Cécile Marquette a démissionné de son mandat au sein du CAC et a été remplacée par Renaud Bellen, qui a prêté serment le 8 septembre. Il rejoint les cinq autres membres déjà présents en 2015, à savoir Anne Dumont, Sandrine Sépul, Henry Goffin, Michel Gyory. et Rodolphe Sagehomme.

csa.be/organes/cac

 

LES SERVICES DU CSA

 

Dans la perspective de renforcer les unités de métiers et la coordination entre celles-ci, la direction générale a proposé, en mai 2016, de modifier : 

Redistribution des missions de l’unité Plateformes internet et services à la demande entre les unités Radio, TV et Distributeurs & Opérateurs. Suite de l’interruption de carrière de la responsable en charge de celle-ci, cette unité est dissoute et ses missions sont assignées aux autres unités.
Affectation à chaque unité d’un Conseiller, en vue de stabiliser de la sorte le support qui peut lui être apporté. Cette proposition a conduit au recrutement d’une Conseillère TV, Manon Letouche, qui a rejoint l’équipe en septembre 2016.
Création du poste de Responsable du service Monitoring confié à Benoît Renneson. À travers cette fonction, Benoît assure une meilleure coordination des monitorings à réaliser en lien avec le Secrétariat d’Instruction et les différentes unités de métier.

En outre, le CSA a recruté Madeleine Cantaert au poste de Conseiller Pluralisme et Communications commerciales. Outre le délicat équilibre à assurer en matière de pluralisme, cet
engagement a permis également de décharger Joëlle Desterbecq des questions relatives aux
communications commerciales afin que celle-ci se concentre sur le suivi de recherches en matière d’égalité hommes-femmes – coopération avec la HAICA de la Tunisie, baromètre – et de protection du consommateur.

Enfin, en juillet 2016, le CSA accueillait François-Massoz Fouillien comme nouveau Responsable de la Communication lui confiant la claire mission d’améliorer la visibilité de l’institution auprès des nombreux publics.

 

COMMUNICATION (RÉSEAUX SOCIAUX)

 

Fin septembre, le CSA a lancé sa page Facebook avec pour objectif, celui de compléter son déploiement sur les réseaux sociaux déjà engrangé dans le passé avec la création d’une page Twitter et LinkedIn. La création d’une page Facebook a pour mission première de toucher un public plus large et moins spécialisé que les abonnés de la page Twitter et LinkedIn. L’outil permet aussi de sponsoriser une série de campagne et de cibler avec plus de précision certains publics-cible. La campagne de la Semaine du Numérique en est un bon exemple. Certaines offres d’emploi adressées vers des cibles spécifiques ont permis drainer plus de 300 visiteurs sur le site du CSA en moins de 24 heures, uniquement par le biais de la page Facebook.

Le déploiement sur les réseaux sociaux et l’exploitation des outils de visibilité, notamment publicitaires, qu’ils proposent représente une stratégie importante du plan de communication du CSA pour les années à venir.

 

LE RETOUR DES AUDITIONS PUBLIQUES ; INFORMATION ET TRANSPARENCE

 

Depuis septembre 2016, le Service communication du CSA communique davantage au grand public l’existence des auditions publiques. Le programme des auditions est publié sur le site du CSA dans un espace qui lui est dédié. Une communication sur les réseaux sociaux et via une newsletter accessible au grand public est systématiquement envisagée en amont d’une audition ouverte au public. Lorsque le sujet est porteur la communication d’une audition peut également faire l’objet d’une communication par voie de presse.

En 2016, quatre auditions ont été communiquées au public. Deux d’entre elle ont attiré la presse qui en a relayé le contenu le lendemain. Bien que peu nombreux, certains visiteurs participent également aux auditions dans une démarche personnelle. Certains professionnels du secteur audiovisuel ou académiques participent également à certaines d’entre elles. 

Les publications des auditions sur les différents réseaux sociaux (Facebook, LinkedIn, Twitter), attirent en moyenne 70 visites sur la page web qui décrit le programme. Les profils d’inscriptions à la newsletter spécifique se répartissent de la manière suivante : 40% presse, 17% institutionnel, 11% privé, 9% académique, 23% autre.

 

PRIX DU CSA – STAGIAIRES –RECHERCHES

 

De février à mai 2016, le CSA a accueilli Claude Pecheux, Professeure à l’UCL Mons, en tant que chercheuse en résidence. Claude Pecheux a développé, en collaboration avec les services du CSA, une étude comparée de la perception de la communication commerciale sur les services de médias audiovisuels linéaires et non linéaires par les jeunes de 17 à 25 ans. Les conclusions de l’étude soulèvent de nombreux enjeux relatifs à la protection du consommateur dans le contexte de la révision du cadre législatif européen relatif aux services de médias audiovisuels.

Le « Prix du CSA » 2015 a été remis le mercredi 11 mai 2016 à Alexandra Micciche pour son mémoire sur « L'image de Charleroi à travers les JT de la RTBF ». Ce mémoire tente de déterminer la vision que le service public relaye d’une de ses propres entités, souvent décriée. Le fait que la RTBF ait connu un mouvement de régionalisation de sa production permet de mesurer la manière dont on traite d’une région selon que l’on s’adresse à ses habitants ou non, mais aussi selon l’engagement des journalistes du Centre de Production de Charleroi  (CPC) par rapport à la région qu’il couvre sur le plan informationnel.

 



Dernière mise à jour le 23 mai 2017